[]

Dialogue avec les CM2

12 février 2017, par Emeline

Les élèves de CM2 de l’école de Plouvorn (Finistère) suivent notre voyage, un grand merci pour leur intérêt. Ils nous ont posé plein de questions très intéressantes, dont voici les réponses, avec quelques photos d’illustrations ...

Est-ce que votre voyage se passe bien ?

Oui très bien. Nous sommes arrivés dans les Petites Antilles juste avant Noël. La traversée de l’Atlantique s’est très bien passée pour nous, nous avons beaucoup aimé être seul au beau milieu de l’océan, et ne voir que de la mer autour de nous pendant des jours et des jours.

Est-ce qu’il n’y a pas eu trop de dégâts sur le bateau ? Quand il y en a comment faites-vous pour réparer ?

Pour l’instant nous n’avons pas eu de gros problème, seulement des petites casses, dues à l’usure normale d’un bateau. Pendant la traversée de l’Atlantique, nous avons cassé le rail du support de tangon (une pièce sur le mat) et une poulie lors d’un empannage non voulu. Le régulateur d’allure (qui sert à barrer le bateau) s’est coincé, heureusement nous avons pu rapidement le réparer car cela aurait été très difficile de devoir barrer nous même pendant plusieurs semaines. Nous avons des outils et de quoi réparer à bord. Notre annexe a aussi crevé récemment, nous avons du la réparer avec des rustines, exactement comme sur une chambre à air de vélo.

Qu’est-ce qui est le plus dur sur le bateau ?

Pour nous c’est de s’occuper des filles tout en naviguant ! C’est assez fatiguant car la nuit quand nous naviguons nous devons faire des quarts, c’est à dire être réveillés chacun à notre tour pendant 4h pour surveiller que tout se passe bien, qu’il n’y a pas d’autres bateau avec lesquels nous pourrions rentrer en collision, que le cap est bon, etc. Nous ne dormons donc pas beaucoup, et la journée il faut quand même s’occuper des filles qui sont en pleine forme !

Il faut aussi être très vigilant pour ne pas que les filles se fassent mal dans le bateau qui bouge beaucoup, ou tombent à l’eau car elles ne savent pas nager.

Que faites-vous en cas de danger ? ( requins, grosse tempête…)

Nous n’avons pas encore rencontré de requins. Ils ne représentent pas de danger pour nous à bord du bateau. Par contre dans les zones fréquentées par les requins il faut prendre quelques précautions avant de se baigner. En particulier il faut éviter d’être dans l’eau en fin de journée quand la lumière tombe, car c’est le moment ou les requins chassent pour se nourrir.

Si une tempête arrive, ou un petit coup de vent, nous réduisons nos voiles pour que le bateau reste manœuvrable. Notre bateau est très solide car il est en acier, donc même si le vent souffle assez fort nous nous sentons toujours en sécurité. Une nuit au mouillage nous avons eu plus de 40 nœuds de vent, c’était impressionnant avec l’écume qui volait autour de nous. Nous n’avons pas bien dormi car nous étions un peu inquiets, il faut que l’ancre tienne très bien pour ne pas que le bateau parte.

Quelle sera votre prochaine escale ?

En ce moment nous sommes en Martinique. Nous allons y rester un peu car nous avons des travaux à faire sur le bateau. Ensuite nous irons dans les Grenadines, c’est un archipel d’îles un peu plus au sud, qui est très joli.

Comment faites-vous quand les enfants sont malades ?

Heureusement cela n’arrive pas très souvent. Adélaïde et Thaïs ont déjà toutes les deux eu de grosses fièvres, probablement à cause de la chaleur. Dans ce cas, il faut veiller à bien les hydrater, et à les rafraîchir. A chaque fois c’est passé assez rapidement donc nous n’avons pas eu besoin d’appeler un médecin. Nous sommes aussi très prudents sur la nourriture, il faut faire attention à ce que les aliments ne deviennent pas mauvais à cause de la chaleur. Nous avons d’ailleurs installé un frigo au début du voyage, c’est plus facile.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce voyage ?

Nous avons toujours beaucoup aimé voyager, et nous adorons naviguer. Faire un grand voyage à la voile est notre rêve à tous les deux depuis longtemps. Arriver dans un nouveau pays par nos propres moyens, découvrir des paysages, naviguer, se sentir libre ...

Les enfants et l’équipage vont bien ?

Oui, très bien, les filles ont l’air de beaucoup apprécier l’aventure …

Avez-vous croisé les coureurs du Vendée Globe ?

Nous les avons croisés sans les voir quand nous étions au Cap-Vert. Ou plutôt ils nous ont doublés très rapidement … Leurs bateaux vont très vite, beaucoup plus vite que nous.

Quelle est votre vitesse maximale en mer ? Quelle est votre vitesse moyenne ?

Notre vitesse moyenne sur la transat (traversée de l’Atlantique) a été de 5,6 nœuds, c’est à dire 10,4 km/h. C’est plutôt bien pour notre bateau qui est assez lourd. La vitesse maximale que nous avons fait est 8,5 nœuds, c’est à dire 15,7 km/h. Mais si nous sommes trop souvent au-delà de 7 nœuds nous réduisons les voiles pour aller un peu moins vite. C’est plus confortable pour vivre à bord, et surtout ça préserve le bateau, qui pourrait avoir beaucoup d’avaries sinon.

Avez-vous essuyé beaucoup de tempêtes ?

Nous n’avons jamais essuyé de vraie tempête, car nous faisons en sorte de ne pas partir si la météo est mauvaise. Mais nous avons déjà eu des gros grains, ou des conditions assez mauvaises lors des grandes traversées. Mais notre bateau est un très bon bateau. Il ne se fait pas submerger par les vagues comme certains des bateaux que nous avons rencontrés, et il nous donne vraiment une impression de sécurité. Le gréement (mat, bôme, haubans, tout ce qui supporte les voiles) est très costaud.

Quelle escale avez-vous préféré ?

C’est très dur à dire car nous avons tout aimé ! La remontée du Tage avec notre bateau et la visite de la très belle capitale Lisbonne, la beauté des paysages à Madère, les randonnées aux Canaries, l’accueil et l’ambiance chaleureuse du Cap-Vert, les mouillages aux Antilles, les tortues avec qui nous avons nagé à La Barbade. Il y a quelque chose de merveilleux partout ou nous allons …

Le voyage n’est-il pas trop long ? Allez-vous continuer ou rentrer ?

Nous avons décidé de continuer vers le Pacifique, car nous n’avons pas du tout envie de rentrer ! Nous aimons beaucoup notre vie de voyageurs nomades, même si de temps en temps nous rêvons d’un grand lit, d’une douche chaude, d’une voiture pour aller faire les courses, de l’eau à volonté, d’une machine à laver, … Bref, tout le confort d’une vie dans une maison.

Avez-vous eu des moments dangereux ?

Pour l’instant heureusement non, et nous faisons attention de ne pas nous mettre dans des situations dangereuses. Par exemple, nous nous attachons toujours avec une ligne de vie et nous mettons notre gilet de sauvetage quand nous devons faire des manœuvres de nuit. Si l’un de nous tombait à l’eau ça serait la catastrophe, car c’est très difficile de retrouver un homme à la mer dans les vagues.
Nous sommes aussi très consciencieux dans l’entretien du bateau, pour repérer les petits problèmes avant qu’ils ne se transforment en grosses avaries … Avant chaque traversée nous inspectons les fonds du bateau, le gréement, le mat, les voiles, le moteur, etc.

Les enfants dorment-ils bien sur le bateau ?

Adélaïde et Thaïs dorment très bien maintenant, mais il leur a fallu un peu de temps au début pour s’adapter à leur nouvelle vie. Elles dorment dans une grande couchette coupée en deux, chacune la moitié. Une toile anti-roulis leur permet de ne pas tomber lorsque le bateau penche. Le plus difficile est de ne pas avoir de vraies cloisons pour les isoler du bruit et de la lumière. Nous devons donc faire attention pendant la sieste à ne pas faire trop de bruit sinon elles ne veulent pas dormir !

Combien de temps dormez-vous sur le bateau ?

Les filles dorment de 20h30 à 7h du matin, et font une sieste d’1h30 environ l’après midi. Pour nous cela dépend si nous naviguons ou pas. En escale, nous dormons normalement. En navigation, nous faisons des quarts de 3 ou 4 heures chacun à notre tour pour qu’il y ait toujours une personne qui veille sur le bateau. Nos nuits sont donc très courtes, et dans ce cas nous devons faire des petites siestes pendant la journée.

Les filles ont-elles eu le mal de mer ?

Elles n’ont eu qu’une seule fois le mal de mer, sur la navigation entre Ténériffe et La Palma, dans les Canaries. La mer était très grosse, et Thaïs venait d’avoir des vaccins donc elle était un peu fatiguée. Mais sinon elles ne sont jamais malades. Michaël et moi non plus d’ailleurs, tant mieux !

Est-ce difficile de cuisiner à bord ?

C’est plus compliqué que dans une maison, mais on y arrive quand même. Il faut apprendre à faire les choses avec une seule main, l’autre sert à se tenir pour ne pas tomber. Notre gazinière est montée sur cardan, ça veut dire qu’elle reste horizontale même si le bateau penche. C’est pratique car sinon ça serait difficile de garder les aliments dans les casseroles ! Pour ouvrir le frigo il faut aussi prendre le coup de main. Ça nous est déjà arrivé plusieurs fois de faire tomber la moitié du frigo par terre à cause d’un coup de roulis ...

Que mangez-vous ?

Nous cuisinons beaucoup, même en navigation. C’est très agréable de manger un pain tout frais ou un bon petit plat. Nous avons une grosse réserve de riz et de pâtes que nous cuisinons de plein de manières différentes. Lorsque nous pêchons un poisson nous le mangeons, les dorades coryphènes que nous avons eu étaient très bonnes. Malheureusement nous n’en pêchons pas très souvent car nous n’avons pas beaucoup de temps …
Nous avons aussi beaucoup de farine pour faire pains, brioches et gâteaux. Quand nous sommes en escale nous mangeons beaucoup de fruits et légumes locaux, nous pouvons donc découvrir de nouveaux aliments. Nous aimons aussi goûter les spécialités de chaque région ou nous voyageons. Ici en Martinique, nous adorons le boudin antillais et le blanc mangé coco (un dessert à la noix de coco et au citron vert).


Où allez-vous fêter Noël ? Comment ?

Nous avons fêté Noël à Sainte Lucie, avec des amis rencontrés en voyages. Nous étions un bateau anglais, un bateau allemand et deux bateaux français. Nous avons passé un réveillon très chouette, chacun avait cuisiné une spécialité de son pays !

Avez-vous un sapin à bord ?

Adélaïde et Thaïs avaient deux petits sapins de bois qu’elles ont coloriés. C’est tout ce que nous avions car nous n’avons pas du tout pensé à apporter des choses pour Noël ! Mais ce n’est pas grave, elles ont quand même eu beaucoup de cadeaux, et nous avons passé un très bon Noël sous le soleil. Nous avons passé la journée à la plage, à nous baigner et faire des châteaux de sable avec les filles …

Répondre à cet article



    Mentions légales