[]

Golfe de Gascogne

19 juillet 2016, par Emeline

Partis jeudi dernier de Morgat avec une escorte de dauphins, nous sommes arrivés dimanche en début d’après midi au mouillage d’Ares, dans la baie de la Corogne. Nous avons parcouru 350 miles nautiques en 3 jours, avec 130 miles avalés d’une traite pour la plus grosse journée.

Nous voilà maintenant de l’autre coté du Golfe, adoubés par l’Océan Atlantique. Couverts de bleus et de cristaux de sel, nous avons mérité notre traversée. Même si nous n’avons pas essuyé un de ces coups de vents de SW qui font la mauvaise réputation du Golfe, les conditions de notre navigation étaient très musclées, au portant heureusement …
Ce passage a été plus qu’un rite initiatique. Les quarts qui s’enchaînent, le bateau, le matériel, tout s’est très bien passé. Notre défi a surtout résidé dans le fait d’embarquer nos deux petites filles dans l’aventure. Par temps calme tout va bien, mais dès que le bateau gîte et roule tout devient compliqué. Projetée d’un côté à l’autre du carré à chaque tentative pour se lever, Adélaïde a vite compris qu’elle était plus en sécurité dans sa petite chaise. Difficile aussi de dormir dans une banette qui vous secoue dans tous les sens …

La dernière nuit nous filions grand largue à 7 nœuds avec 3 ris dans la grand-voile et génois réduit, roulant et surfant au milieu des vagues en montagnes russes qui nous abordaient par le travers. Le tout baigné dans la lueur blafarde du clair de lune … ambiance garantie.
Nous avons fini par affaler totalement la grand-voile et réduire encore le génois pour permettre aux filles de dormir plus paisiblement. Au petit jour nous étions passés sous trinquette, déboulant à pleine vitesse dans une brume d’embruns et une mer décidément blanchie, sans pouvoir discerner la côte qui se faisait de plus en plus proche. Puis soudainement les embruns se sont évanouis et l’Espagne est apparue … Instants magiques, on se rêve pour un instant des découvreurs. Terre en vue !
Nous étions sortis du manège infernal, le grand tourbillon du Golfe. En une heure le vent tombait, la mer s’apaisait, nous ressortions les jeux de voiles, Adélaïde revivait.

Répondre à cet article



6 Messages

  • Golfe de Gascogne Le 19 juillet 2016 , par nicolas

    Vous me faites rêver ! Bravo et bons vents !

    Répondre à ce message

    • Golfe de Gascogne Le 23 juillet 2016 , par Michael

      Salut Nico ! nous aussi on en a longtemps rêvé. C’est pas une mince affaire à préparer mais ca y’est on y est et on est super contents ! Bises à tous les 4 !

      Répondre à ce message

  • Golfe de Gascogne Le 19 juillet 2016 , par Dodo

    Pfffiioouu, quelle aventure, mazette ! On dirait que les cheveux d’Adélaïde en ont perdus de la longueur !

    Répondre à ce message

  • Golfe de Gascogne Le 20 juillet 2016 , par maman et dan

    nous suivons votre parcours avec beaucoup d’attention.
    Vos nouvelles me reconfortent et je
    vous souhaite de continuer ainsi.
    je suis contente de revoir mes petites .
    Bisous à vous deux et gros bisous à mes petites Adélaide et Thaîs ;
    Bon vent
    Maman qui pense beaucoup à vous

    Répondre à ce message

  • Golfe de Gascogne Le 1er août 2016 , par arnaud christelle

    Bravo à vous article riche de détails qui nous fait rêver bonne continuation et vivement le prochain numéro gros bisous de toute la famille et vive le vent.

    Répondre à ce message

    Mentions légales