[]

Lanzarote, les volcans ou l’art à la César

6 octobre 2016, par Emeline

Ce qui est marquant quand on visite Lanzarote, ce sont les couleurs qui font toutes partie de la même palette : blanc, vert, vert foncé, ocre, brun, marron, noir, et c’est tout. Tous les villages (sauf peut être dans le sud très touristique ou nous n’avons pas été) ont le même caractère préservé, avec peu d’enseignes et pas de panneaux publicitaires. Les maisons sont blanches avec les encadrements de portes et fenêtres vert foncé ou marron, les même verts et marrons que ceux des palmiers autour. Et les paysages ont un charme austère, fait de volcans, de grandes étendues désertes et de cultures, avec partout l’omniprésence de la lave noire.




Les populations qui se sont succédées à Lanzarote ont su tirer profit de cette terre inhospitalière. Les techniques utilisées pour les cultures, de maïs, de patate douce et de vignes principalement, sont impressionnantes d’ingéniosité et de patience. Des petits murets en pierre de lave sont construits dans les champs, à l’abri desquels les plants peuvent pousser sans craindre le vent. Pour l’eau, le remède miracle est « l’ enajenado ». Cette cendre volcanique très noire est étendue sur les champs, elle permet d’absorber et conserver l’humidité de l’air, elle facilite également l’infiltration des eaux de pluie et sert d’isolant afin de conserver une température constante.






La culture des figuiers de Barbarie, sur lesquels se développe le parasite Cochenille qui donne un colorant rouge, a eu son heure de gloire au début du 20e siècle, mais l’essor des colorants synthétique à mis fin a cette industrie. Aujourd’hui, outre les marrais salants, la ressource économique principale de l’île est le tourisme. L’artiste César Manrique a également laissé une empreinte indélébile dans son île, et œuvré pour la préservation du patrimoine architectural et culturel de Lanzarote, d’où l’absence de gros complexes touristiques dans le paysage. Influencé par ses séjours américains, il a su intégrer le caractère naturel de l’île à des œuvres d’un style art déco moderne très intéressant. Transformer l’inhospitalier de la lave en un cadre de vie artistique et douillet, tel était son mantra.


Des falaises de la côte nord, donnant une vue imprenable sur la petite île de La Graciosa, aux déserts de lave de la région de Timanfaya, nous avons été impressionnés par les paysages de Lanzarote. Cap au Sud-Ouest maintenant, pour une petite escale technique à Gran Tarajal sur l’île de Fuerteventura. Puis nous rejoindrons Ribouldingue à Las Palmas de Gran Canaria …

Répondre à cet article



3 Messages

  • Lanzarote, les volcans ou l’art à la César Le 10 octobre 2016 , par palut marie françoise

    Nous adorons les descriptions des visites, des lieux d’escale ... nous voyageons un peu avec vous et vous nous donner surtout l envie de visiter ces régions. bisous aussi à vos 2 filles qui doivent profiter de Papa et Maman à 100%.

    Répondre à ce message

    • Lanzarote, les volcans ou l’art à la César Le 12 octobre 2016 , par Emeline

      Merci ! en tout cas on est un peu tombés sous le charme des Canaries, beaucoup d’endroits superbes à découvrir ... les iles sont très différentes les unes des autres. On profite aussi bcp de nos filles bien sur, ce n’est pas de tout repos à bord d’un voilier mais c’est tres chouette !

      Répondre à ce message

  • Lanzarote, les volcans ou l’art à la César Le 12 octobre 2016 , par Antoine

    Super les photos avec les murets ! Surtout la première de la série ! On dirait qu’elle est prise au pied du Mont Olympe pendant la terraformation de Mars en 2500 !
    Joyeux anniversaire à Adélaïde !

    Répondre à ce message

    Mentions légales